dimanche 17 juin 2018

Immensité























Que tout m'est étroit.
Je me sens si vaste,
c'est une réalité incréée
que j'ai voulu saisir à jamais.

Elle m'a soustraite
à mes limites.
Toute chose m'est trop petite,
vous le savez, vous qui vivez là.

Votre erreur est grave
si vous préférez
l'étroit à l'immense.

Dans l'espace infini
l'espérance et la joie sont telles
que l'angoisse vous quitte. 
Hadewiich d'Anvers,  Une femme ardente

Photo: Sur mon balcon, passiflore vers le ciel vaste, juin 2018.

lundi 4 juin 2018

Le fond de l'âme























L’âme est un abîme sans fond en qui Dieu se suffit à lui-même, trouvant en elle en tout instant sa plénitude, tandis que pareillement elle se suffit en lui. Dieu pour l’âme est la voie de la liberté, vers ce fond de l’être divin que rien ne peut toucher, sinon le fond de l’âme.
Hadewicjch d'Anvers, Amour est tout.

Photo: Passage vers la lumière de Pisac, Pérou, le 26 février 2018.

mercredi 23 mai 2018

Moments de calme



Accordons à notre esprit des moments de calme.
De ce profond silence jailliront les plus beaux fruits: paix, joie et douceur.
Frederic Lenoir


Photo: Calme moment fleuri au printemps du jardin.

mercredi 16 mai 2018

Ma patrie























… Dans le silence de midi tout devient signe,
Déchiffrement, lecture, émerveillement.
La lumière n'éblouit pas mon regard,
Car elle est devenue ma patrie.

Marie-Madeleine Davy, Terre Face au Soleil 

Photo: Merveilleuse patrie de Lumière au printemps du jardin botanique. Montréal le 13 mai 2018.

lundi 7 mai 2018

Tamis de l'aube























les mots s'estompent

il ne reste 
que des regards

-quelques sourires-

et une douceur nouvelle
dont se revêt
chaque instant

le rythme de mes jours
n'est plus le même

mon corps baigne
dans la lumière

même la douleur 
perd le souffle
devant l'immensité
Pierre Charland, Les saisons d'un passage

En communion avec toutes ces personnes au tamis de l'aube, dont les mots s'estompent devant l'immensité. 

Photo: Douceur de magnolia au jardin!

lundi 30 avril 2018

Silence de l'âme























Finalement la demande la plus intense, la plus efficace aussi, ne serait-elle pas, du moins quand l'Esprit y convie, le silence total de l'âme qui a passé au-delà des sens et de l'esprit même, recueillie dès lors en soi, en son centre, en sa source, et ne sachant plus rien dire d'autre que Abba, Père, mais sans mot désormais pour le prononcer ni pensée pour le concevoir.
Henri Le Saux, Éveil à soi, éveil à Dieu.

Photo: Au-delà des mots et des pensées, une lumière ineffable. Monastère bénédictin de la résurrection de Lima, Pérou, avril 2018.

dimanche 22 avril 2018

Prendre refuge en Dieu























 Prendre refuge en Dieu, ce n'est pas prendre refuge dans un lieu, qui serait le coeur ou le plus intime de nous- mêmes, c'est découvrir l'Espace qui nous contient et contient toute chose, c'est là, notre véritable demeure (le non lieu, le "non où").
J-Y Leloup, Le Cantique des cantiques, p.159.

Photo: Dans l'Espace vaste du ciel de Chucuito, monastère bénédictin de la Résurrection. Mars 2018.

dimanche 15 avril 2018

Avancée dans la mer



Une avancée dans la mer
Dans la mer intérieure

Le voyage a ce pouvoir
Le pouvoir du miroir
Loupe sur l'être et non l'avoir
Offrant la grâce de se mieux voir

Une avancée dans la mer
Dans la mer intérieure
Amen

De retour au pays, emplie de gratitude, j'absorbe doucement tout ce que j'ai reçu de cette terre péruvienne, de ces gens, de la vie toujours offerte en plénitude... Et le plein est partout! Le voyage nous le prouve et cette évidence s'enracine un peu plus à chaque fois. Heureuse de vous retrouver dans cette espace.

Photo: Coucher de soleil sur le Pacifique. Lima, Pérou, le 21 février 2018.

mardi 20 février 2018

Toi


















Sans ivresse à ta vue,
À quoi me sert le vin ?
Sans toi dans mon voyage,
À quoi bon voyager ?

Djalâl-od-Dîn Rûmî, Amour, ta blessure dans mes veine

Photo: À quelques heures du grand oiseau d'acier, du voyage avec Lui! Je serai au large jusqu'en avril, à la joie de vous retrouver au retour. Communion dans le Grand Vaste!

lundi 12 février 2018

Ineffable douceur d'amour























À mesure que l'on avance dans la foi, le coeur se dilate et l'on se met à courir la voie des préceptes de Dieu avec une ineffable douceur d'amour.
Règle de saint Benoît, Prologue, 49.

Photo: Ineffable beauté au jardin. Printemps 2017.