jeudi 7 décembre 2017

Temps vide et ciel pur


















Il y a une beauté qui n'est atteinte que là, dans cette grande intelligence proposée à l'esprit par le temps vide et le ciel pur. 
Christian Bobin, La part manquante, p. 55.

Photo: Mémoire de la Basse-Côte-Nord, si pleine de temps vide et de ciel pur.

vendredi 1 décembre 2017

Ma vie est un chant























Ma vie est un chant
Parfois léger porté par le vent
Parfois lourd dans les tumultes du temps
Mais toujours et jamais moins qu'un chant
Un chant, mon chant
Son Chant en ma vie
Sa Vie en mon chant 
Danielle

Photo: Fraîcheur d'un chant d'été, août 2017 au balcon.

vendredi 24 novembre 2017

Soyons ouvrage de Dieu
















Comment donc sera-t- il comme Dieu, celui qui n’est même pas encore un homme?
Comment sera-t- il parfait, celui qui vient d’être fait? Ce n’est pas toi qui fais Dieu,
mais lui qui te fait. Si tu es un ouvrage de Dieu, attends donc la main de ton artisan
qui fait tout au temps opportun… Présente-lui donc un cœur malléable et docile;
garde la forme que t’a donné l’artisan, en restant bien humide, de peur qu’en te
durcissant tu ne perdes la trace de ses doigts. En gardant l’empreinte qu’il t’a donnée,
tu croîtras vers la perfection… La main de Dieu t’a fabriqué; elle t’ornera peu à peu à
l’intérieur et à l’extérieur d’or pur et d’argent et te fera un tel décor que le roi désirera
ta beauté. Mais si, te durcissant aussitôt, tu te dérobes à son travail et lui reproches de
t’avoir fait homme, ton ingratitude envers Dieu te prive à la fois de son art et de sa
vie. Le propre de la bonté de Dieu est de faire; mais le propre de la nature humaine
est d’être faite. 
Irénée de Lyon-Adversus Haereses, VII, IV, 38.4.

Photo: Malheureusement je n'ai pas trouvé l'auteur de cette magnifique photo pour l'honorer personnellement. Quoi qu'il en soit, je témoigne ici de ma gratitude.

vendredi 17 novembre 2017

Se désoccuper de soi-même


















Oui, je crois que le secret de la paix et du bonheur, c'est de s'oublier, de se désoccuper de soi-même.
Élisabeth de la Trinité 

Photo: Paisible lumière du couchant au Lac des îles. Octobre 2017.

mercredi 8 novembre 2017

Secret du bonheur























Pensez que vous êtes en Lui, qu'Il se fait votre demeure ici-bas; et puisqu'Il est en vous, que vous Le possédez au plus intime de vous-mêmes, qu'à toute heure du jour et de la nuit, dans toutes joies ou épreuves vous pouvez Le trouver là, tout près, tout au-dedans. C'est le secret du bonheur, c'est le secret des saints.
Élisabeth de la Trinité  ( dont c'est la fête aujourd'hui)
























Photos:  Bonheur lumineux du petit matin au Carmel de Montréal.

mardi 31 octobre 2017

Cherche la beauté
























Cherche la beauté, la vérité, l'excellence en accueillant aussi ta fragilité,
 ta vulnérabilité et ton ombre, de sorte d'être à même d'accueillir celles des autres.
Poème de Tagore

mardi 24 octobre 2017

Plonge-toi dans ton propre fond


















De grâce, plonge-toi, ne serait-ce qu'une heure dans ton propre fond, et sans nul doute, tu puiseras là, la connaissance de cette béatitude incréée.
J. Tauler

Oui, plonge-toi dans ce fond d'où tout procède, savoure chaque instant de grâce, fais- en des sillons de Retour.

Photo: Un matin d'été, béatitude d'un coeur de gloire.

mardi 17 octobre 2017

L'âme comme un château























Nous pouvons considérer notre âme comme un château, fait d’un seul diamant ou d’un cristal parfaitement limpide, et dans lequel il y a beaucoup d’appartements, comme dans le ciel il y a bien des demeures. Et en effet ; mes sœurs, si nous y réfléchissons bien, l’âme du juste n’est autre chose qu’un paradis où le Seigneur, comme il nous l’assure lui-même, prend ses délices.
Thérèse d'Avila

mardi 10 octobre 2017

Tu m'as fait infini























Tu m'as fait infini, tel est ton plaisir. Ce frêle calice tu l'épuises sans cesse et le remplis sans cesse à neuf de fraîche vie.

Cette petite flûte de roseau, tu l'as emportée par les collines et les vallées et tu as soufflé, au travers, des mélodies éternellement neuves.

À l'immortel toucher de tes mains, mon coeur joyeux échappe ses limites et se répand en ineffables épanchements.

Tes dons infinis, je n'ai que mes étroites mains pour m'en saisir. Mais les âges passent et encore tu verses et toujours il reste de la place à remplir.
R. Tagore. L'Offrande lyrique.


En Action de grâce pour toutes les bénédictions reçues de l'été, ce poème de Tagore revient en mon coeur comme une offrande... Il y a de ces mots qui, à jamais ,chanteront la Fraîcheur, la Joie et la Plénitude. Il est alors doux de les fréquenter encore et encore.

mardi 3 octobre 2017

Contempler l'Infinie Beauté
















Ne va pas au jardin de fleurs!
Ô ami, n'y va pas -
En toi est le jardin de fleurs.
Demeure sur le lotus aux mille pétales et là contemple l'Infinie Beauté.
Kabîr (Poème IV)