samedi 20 octobre 2018

La forme de l'âme


















La paix qui émane du paysage te touche à ce point parce qu'elle éveille en toi un lieu similaire, un lieu qui l'accueille et la comprend, un lieu qui lui répond. Sa douceur, son harmonie secrète, sa grâce singulière, ne font que susciter d'intimes correspondances.

Si tu parviens à rejoindre ce lieu profond, à en situer le chemin - ce lieu caché, ce lieu qui n'en est plus un, qui donne forme plus qu'il ne contient - où que tu ailles, quoi qu'il arrive, toujours cette paix sera là.

Par quel miracle, par quelle mystérieuse alchimie, demandes-tu ? Regarde, regarde encore, contemple la paix en sa beauté, jusqu'à ce qu'elle se dessine en toi, s'y imprime, jusqu'à ce que tu comprennes qu'elle est la forme même de ton âme.
Philippe Mac Leod, Sens et beauté


Merci à Myriam de Terwangne pour le partage de ce magnifique texte; une perle pour l'âme.

Photo: Paix du large, du Vaste. Tadoussac.

mardi 16 octobre 2018

Dieu et l'âme



Dieu a une autre manière d'enseigner l'âme:
il lui parle sans paroles.
Dieu et l'âme se comprennent
ces deux amis se disent leur amour mutuel.
Extrait de Une année avec Thérèse d'Avila

Photo: Dialogue amoureux à Villa St-Martin. 29 septembre 2018.

mercredi 10 octobre 2018

Éveil libérateur




L'éveil libérateur s'accomplit dans le désert, c'est-à-dire dans le pays de la soif, de la lecture des signes et de la rencontre. La véritable rencontre s'effectue au dedans, et devient expérience. Une indicible expérience dont l'essentiel est inconnaissable. 
Marie-Madeleine Davy, Le Désert intérieur

dimanche 30 septembre 2018

Vous êtes la vie























Vous n'avez pas la vie,
vous êtes la vie.
La vie qui court,
la vie qui passe,
offrez-lui un siège,
une assise, un souffle, une conscience
où elle puisse se poser,
se reposer...
puis de nouveau
se donner...
comme la Source qui a soif d'être bue.
J. Y. Leloup et C. Bensaid, Qui aime quand je t'aime?Ed Albin Michel, extrait p.99


dimanche 23 septembre 2018

L'amour me contient


















Ce n'est pas moi qui contiens mon amour, c'est mon amour qui me contient. Je n'ai même pas à veiller sur lui car il appartient au monde des choses divines qui ne redoutent rien des choses de l'existence. C'est sur moi que je dois veiller afin de m'emplir le plus possible de ce mystère qui m'enveloppe. L'amour ne peut me manquer, mais je peux manquer à l'amour. Mon âme est à l'amour ce que les poumons sont à l'air: l'air est inépuisable et ne se refuse jamais le premier, seuls les poumons peuvent défaillir et cesser de respirer.
Gustave Thibon

vendredi 14 septembre 2018

«Si tu savais le don de Dieu»


















«Si tu savais le don de Dieu».

Au fond de [notre] être, il n'y a pas seulement l'être mais la donation de l'Être, la Source qui aimante tous désirs, qui nous comble en nous creusant davantage et qui fait de notre soif non la torture qui nous travaille, mais le témoignage des eaux qui nous fécondent.
C. Bensaid et J.Y. leloup, Qui aime quand je t'aime? Albin Michel, p.98.

Photo: Don, fécondité de la Mère Terre.  Mosaïcultures de Montréal. 2014.

dimanche 9 septembre 2018

L'éternité en soi


 
Il faut savoir se rendre passif, se mettre à l'écoute. 
Retrouver le contact avec un petit morceau d'éternité (au-dedans de soi). 
Être plus simple.
E. Hillesum

Photo: Brebis de Chucuito, quiète présence à la suite du berger bienveillant. Pérou mars 2018.

dimanche 2 septembre 2018

Halte de fin d'été
























Alcôve silencieuse
Écrin verdoyant
Havre de paix
Bénédiction

Halte de fin d'été; Je reviens en ville après une semaine de silence à la campagne; loin de l'agitation et des outils modernes de communication... quelle bénédiction! Chante mon âme!

Photo: Plénitude au balcon. Un nid dans les arbres, une Rencontre!! le 27 août 2018 à Laurel au coeur des Laurentides.

samedi 18 août 2018

Le silence n'est pas à faire, il est toujours là

 
















Pouvons-nous demeurer en silence ?

Entrer en relation avec ce silence ?
Le goûter comme une présence ? Un espace, une vastitude au cœur de tout ce qui nous enferme, nous rétrécit, nous conditionne physiquement, psychiquement, socialement, et ajoutons « cosmiquement ›› puisque nous faisons partie de la grande nature qui nous environne ?


Le vide n’est pas à faire, il est toujours là, quand on ne le remplit pas avec des riens.
 Le silence n’est pas à faire, il est toujours là, quand on ne le remplit pas avec des bruits, des mots, des pensées ou des mémoires, conscientes ou inconscientes.

La page blanche est toujours là, sous nos graffitis ou sous nos saintes écritures. La Réalité que nous mettons sous le mot Dieu est peut-être dans ce silence-là, entre les lignes, entre les mots, entre l’inspire et l’expire. Ce silence d’où vient le soufle et où retourne le souffle, d’où vient la pensée et où retourne la pensée, d’où vient la vie et où retourne la vie…

J.Y. Leloup, Le "Notre Père", Ed. Albin Michel, p.22. 

Photo: Vastitude silencieuse de Basse Côte Nord toujours là!

dimanche 12 août 2018

Dans le silence























Dans le silence, tout l'homme devient écoute, et il commence alors à être plus humain. Ce ne sont pas les bruits et les agitations diverses qui nous font prendre conscience de qui nous sommes ni de vers qui ou vers quoi nous allons, ni du sens à donner à notre existence, non, c'est ce silence intérieur qui nous trouve, nous retrouve, nous fait accoucher de nous-mêmes, nous met au monde et nous engendre à notre vocation.
Aubin, Catherine, Les fenêtres de l'âme. p.50.

Photo: Sainte scolastique; silencieuse présence au Monastère bénédictin de la Résurrection de Nana, Pérou, avril 2018.